Le Congrès Juif Mondial à Paris

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Nous disons ce que nous pensons du Congrès juif mondial sur cet article. Après l'Irak -dont on cherche encore les Armes de Destruction Massive qui devaient détruire Israël-, il y a eu le Liban qui, lui, est bien détruit par qui on sait et maintenant, c'est le rabattage pour l'Iran qui est loin de posséder la bombe atomique vu qu'il faut enrichir l'uranium à 90 % pour la fabriquer et qu'ils en sont à même pas 5%. C'est dire la marge. Quant à l'antisémitisme, pour l'Organisation pro-israélienne et sioniste, toute critique de la politique israélienne est assimilée au fameux antisémitisme. Même les juifs antisionistes y ont droit. Mais en notre âme et conscience, nous savons faire la différence et l'on ne nous fera pas prendre des vessies pour des lanternes.

France: le Congrès juif mondial dénonce l'antisémitisme

 et la menace iranienne


Le Congrès juif mondial, réuni à Paris pour la première fois depuis plus de 50 ans, a dénoncé dimanche la montée de l'antisémitisme, notamment en Europe, et a appelé à une large mobilisation pour empêcher l'Iran d'accéder à l'arme atomique.

Une centaine de représentants des principales communautés juives du monde, venus de quelque 80 pays, ont pris part à la réunion à huis clos de l'organe suprême du CJM, son Conseil exécutif, dans les salons d'un grand hôtel parisien.

"C'est un symbole fort d'être ici à Paris à un moment très difficile pour la communauté juive dans le monde", a déclaré, en ouvrant les travaux, le Français Pierre Besnainou, président du Congrès juif européen.

L'offensive israélienne de l'été dernier contre le Hezbollah au Liban a provoqué, en particulier en Europe, un regain d'antisémitisme, ont dénoncé plusieurs orateurs.

Ainsi, Dina Porat, une Israélienne qui dirige à Tel Aviv le Centre d'études de l'antisémitisme et du racisme, a assuré avoir "noté depuis le début de l'été 2006 un changement d'atmosphère. Et depuis cet été, l'antisémitisme a fait son entrée dans les milieux modérés".

Elle a montré une sélection de dessins de presse ouvertement antisémites publiés l'été dernier dans la presse arabe, mais aussi dans celle de pays comme la Norvège, le Mexique et la Grande-Bretagne.

Le Congrès juif européen a présenté un rapport sur les "incidents et le discours antisémites en Europe pendant la guerre entre Israël et le Hezbollah", établi avec la participation de correspondants dans les communautés juives de 25 pays du continent.

Son auteur, Ilan Moss, assure à l'AFP que "les discours antisémites se sont multipliés en Europe cet été. Cela définit une atmosphère, et cela peut être en définitive plus grave et important que des agressions de juifs dans la rue".

Evoquant à la tribune la volonté iranienne affichée de se doter de l'arme atomique, le président du CJM, l'Américain Edgard Bronfman, a estimé qu'il s'agissait là du "plus grave danger auquel nous avons eu à faire face depuis l'Holocauste".

"Les intentions iraniennes sont claires : il s'agit de détruire Israël et de dominer le Moyen-Orient (...). En la matière, la neutralité n'est plus une option possible pour le monde civilisé".

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Roger Cukierman, interrogé par l'AFP, a ajouté : "nous avons l'expérience. Quand quelqu'un dit : +je veux tuer un juif+, il faut le croire. (Le président iranien) Ahdmadinejad tient exactement le même langage qu'Hitler, à la différence qu'il est susceptible d'avoir l'arme nucléaire qu'Hitler n'avait pas".

"C'est un danger pas seulement pour Israël, mais aussi pour tous les Etats arabes qui ne pratiquent pas la charia (loi islamique), comme le veulent les Iraniens, et aussi pour les Etats d'Europe qui sont à la portée des missiles iraniens", a-t-il relevé.

Sources : AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article