Affaire Taoufik El Amri : L'enquête se poursuit

Publié le par Adriana EVANGELIZT

 

 

Le corps retrouvé dans un canal de Nantes

est celui d'El-Amri

 

 

PARIS (Reuters) - Le corps d'un homme retrouvé noyé dans un canal de Nantes a été identifié comme étant celui d'un ouvrier tunisien, Taoukif el-Amri, qui avait disparu le 22 novembre, rapporte-t-on de source policière.

Trois policiers qui avaient procédé à un contrôle de cet homme de 33 ans peu avant sa disparition sont en garde à vue.

D'après le premier résultat de l'autopsie,
il est mort "par noyade et aucune trace traumatique n'a été retrouvée sur son corps", a-t-on précisé de même source.

Des examens complémentaires sont en cours.

Taoufik el-Amri avait
disparu après une brève interpellation par la police dans le centre de la ville. Son cadavre a été repêché mardi en aval du canal Saint-Félix, non loin du lieu où un homme avait retrouvé son portefeuille.

Cet homme, qui vit sur une péniche sur ce canal, avait remis à la police lundi des papiers appartenant à la victime, notamment sa carte d'identité et sa carte bancaire.

Il dit
les avoir trouvés le 24 novembre, a rapporté mardi le procureur de la République de Nantes, Stéphan Autin, lors d'une conférence de presse tenue avant la découverte du corps.

Trois policiers enquêtant sur un vol à l'arraché avaient interpellé Taoufik el-Amri, alors qu'il sortait d'un bar avec deux amis.

Après
l'avoir brièvement interrogé et constaté qu'il ne correspondait pas au signalement, les policiers disent l'avoir remis en liberté. L'homme n'était depuis lors plus réapparu.

Deux jeunes filles affirment avoir vu les policiers relâcher l'ouvrier tunisien, mais à plusieurs centaines de mètres de l'endroit indiqué par les fonctionnaires.

Le procureur de la République a expliqué avoir confié une enquête préliminaire à l'Inspection générale de la police nationale
"pour être précisément informé sur les incohérences qui ont été relevées dans les déclarations des trois fonctionnaires", déclarations selon lui "contradictoires".

Me Gilbert Collard, avocat de Priscilla el-Amri, épouse de la victime, a dénoncé les "invraisemblances" de l'enquête et condamné le "dédain" avec lequel ont été traités, selon lui, les membres de la famille.

Le Parti socialiste a
exigé que le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, rende publiques "toutes les informations dont il dispose sur cette affaire".

"La disparition, en pleine nuit,
d'un jeune homme d'origine maghrébine, puis sa mort inexpliquée évoquent de façon inquiétante certaines heures sombres de notre histoire", ajoute le PS dans un communiqué.

Sources AFP

Posté par Adriana  Evangelizt

Publié dans Crimes

Commenter cet article