Trafic de Subutex : 3 médecins et 2 pharmaciens en garde à vue

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Trafic de Subutex :

3 médecins et 2 pharmaciens en garde à vue

Trois médecins et deux pharmaciens de Paris et de la région parisienne ont été interpellés jeudi et vendredi et placés en garde en vue dans une affaire de trafic de médicaments de substitution à l'héroïne, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Au total huit hommes devaient être présentés samedi à la juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geoffroy, chargée de l'information judiciaire, en vue d'une éventuelle mise en examen.

En effet, trois autres personnes, suspectées de se procurer du Subutex mais également du Skénan, un antalgique pouvant entraîner une dépendance, auprès de ces professionnels de la santé avant de les revendre, ont également été arrêtées.

Agés de 26 à 35 ans, ces trois trafiquants en situation irrégulière sont originaires de Tunis et de Bagdad, selon une source proche du dossier. Ils ont été interpellés à Paris pour deux d'entre eux et à Gennevilliers (Hauts-de-Seine) pour le troisième, selon une source policière.

Les médecins, originaires du Maroc et de Tunisie pour deux d'entre eux, ont leur cabinet dans le XIXe arrondissement de Paris, à Villejuif (Val-de-Marne) et à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

Selon les premiers éléments de l'enquête, les praticiens délivraient une ordonnance pour du Subutex ou du Skénan. Ils fournissaient également une photocopie de fausse attestation de Couverture maladie universelle (CMU) ou d'Aide médicale d'Etat (AME), ce qui donnait droit à la gratuité de la consultation pour les faux patients, le médecin se faisant payer par la Sécurité sociale, selon cette même source policière.

Les trafiquants se rendaient ensuite dans une pharmacie complaisante et obtenaient le produit sans rien débourser, là aussi grâce aux fausses attestations CMU ou AME. L'un des médecins interpellés délivrait plus de 20 ordonnances par jour.

Chez l'un des trois revendeurs présumés, la brigade des stupéfiants de Paris a trouvé plus de 200 plaquettes de Subutex, plus de 100 ordonnances vierges et un très grand nombre de photocopies de fausses attestations de CMU, a-t-on indiqué de source policière.

Au cabinet de l'un des médecins, les enquêteurs sont tombés sur un millier de photocopies de fausses attestation de CMU et d'AME.

La pharmacie "la plus active" a ainsi écoulé depuis décembre 12.000 cachets de Subutex pour un préjudice évalué à plus de 250.000 euros pour la caisse d'assurance-maladie, selon la même source policière.

Selon une source proche du dossier, ce marché fonctionnait depuis 2004 avec plus de 15.000 cachets écoulés en 2005 et plus de 18.000 en 2006, occasionnant un préjudice pour la Sécurité sociale évalué à plus de 500.000 euros.

Le Subutex ou le Skénan étaient soit écoulés soit en France, soit expédiés vers les pays de l'Est ou la Finlande où le Subutex est très recherché et revendu à la pièce, selon la police.

Le démantèlement de cette filière a commencé en octobre avec l'arrestation inopinée d'un homme de 35 ans, se disant de nationalité irakienne, en possession de 32 ordonnances pour du Subutex. Il avait été mis en examen pour "infraction à la législation sur les substances vénéneuses", "mise en danger de la vie d'autrui", "escroquerie à l'assurance maladie" et écroué.

Les policiers étaient alors remontés vers un premier médecin généraliste parisien de 65 ans qui rédigeait et vendait des ordonnances en raison de difficultés financières. Expliquant qu'il n'était qu'un intermédiaire pour le compte d'un tiers, il avait été également mis examen et placé en détention provisoire.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Stupéfiant

Commenter cet article