L'ADN prélevé est "de la lignée" du suspect

Publié le par Adriana EVANGELIZT

L'ADN prélevé est  "de la lignée" du suspect

Les test ADN devraient préciser s'il s'agit bien de l'ADN de Ramiz Iseni. Sophie Gravaud avait disparu le 7 avril avant d'être découverte morte par strangulation vendredi.


L'ADN prélevé par les enquêteurs sur les vêtements de Sophie Gravaud appartient "à la lignée" du principal suspect, Ramiz Iseni, selon les premiers résultats des tests ADN, a-t-on appris mardi 17 avril de source proche de l'enquête.


Ces premières analyses prouvent qu'"un homme de la lignée de Ramiz Iseni" a bien été en contact avec les vêtements de la jeune fille retrouvés à deux kilomètres du lieu de son enlèvement.
Les tests ADN devraient préciser s'il s'agit bien de l'ADN de Ramiz Iseni, un père de famille d'origine bosniaque âgé de 46 ans, mis en examen vendredi pour enlèvement, séquestration et détention, vol et escroquerie, et écroué à Nantes.

Les obsèques mercredi

Lundi, des premiers résultats avait indiqué qu'une trace d'ADN prélevée sur les sous-vêtements de la jeune vendeuse, découverts avec ses papiers et d'autres vêtements à deux kilomètres du lieu de sa disparition, ne correspondait pas à l'ADN du principal suspect, Ramiz Iseni.


Il s'agit en fait de l'ADN de son petit ami Régis, a-t-on précisé mardi de même source.


Les obsèques de Sophie Gravaud, disparue le 7 avril et découverte morte par strangulation vendredi, seront célébrées mercredi à 15H00 en l'église de Treillières, le village du nord de Nantes où habite sa famille.


Le corps de Sophie avait été retrouvé partiellement dévêtu vendredi sur une voie de délestage entre Nantes et Pornic, à huit kilomètres du centre commercial où travaillait la jeune femme le soir de sa disparition.



Sources Nouvel Observateur

Publié dans Crimes

Commenter cet article