La Poste invente la censure spéciale "Yvan Colonna" !

Publié le par Adriana EVANGELIZT

La Poste invente la censure spéciale “Yvan Colonna” !


Quand la Poste se met au service du ministère de l’intérieur pour empêcher le Comité de défense d’Yvan Colonna de faire triompher la vérité...

Le comité a expliqué dans un communiqué les faits :

Au début du mois d’octobre 2006, le Comité de soutien à Yvan Colonna réédite la brochure « Chronique d’une erreur judiciaire commanditée ». L’imprimeur est chargé de mettre sous film plastique chaque exemplaire et d’acheminer le lot au centre de tri de Campu di l’oru pour affranchissement et expédition.

Le mardi 24 octobre 2006, le responsable du centre de tri, qui aperçoit en transparence la photo d’Yvan Colonna, en réfère à sa hiérarchie, laquelle refuse de procéder aux envois, au prétexte « qu’il est impossible d’affranchir sur film plastique ».

Le jeudi 26 octobre 2006, la vérité est toute autre : sous réserve de « vérification » par la direction centrale de la Poste (service du courrier), qui demande à ce qu’on lui remette un exemplaire non filmé pour lecture et appréciation du contenu, l’expédition ne pourrait pas avoir lieu !

Le Comité de Soutien à Yvan Colonna et la Ligue des Droits de l’Homme dénoncent l’instauration d’une commission de censure au sein de La Poste et une atteinte à la liberté de diffusion et d’expression.

Dans son communiqué le comité pose la question de savoir s’il faut rappeler que “nombre de journaux ont publié à leur une, depuis 1999, la photo d’Yvan Colonna, souvent accompagnée de commentaires portant sans retenue atteinte à la présomption d’innocence ? Le comité de soutien à Yvan Colonna se réserve le droit après avoir alerté l’opinion sur cette opération de censure exercée par un service public, d’entamer toute poursuite judiciaire à l’encontre de la Poste.”

Une atteinte de plus aux droits de la défense, à la présomption d’innocence. Pourtant, il faudra bien un jour se rendre compte de la vérité, c’est-à-dire qu’Yvan Colonna n’a rien à voir avec l’affaire Erignac, tout comme il n’y avait pas de piste intellectuelle.

Sources U Ribombu

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans YVAN COLONNA

Commenter cet article