KEN LIVINGSTONE DANS LE COLLIMATEUR DES SIONISTES EXTRÊMISTES

Publié le

KEN LIVINSGTONE EN DANGER

 

Les mercenaires du CPIAJ ont encore frappé !!!

Les engeances sionistes continuent de vomir leurs menaces sur la toile. Aussi bien à la France qu'à Ken Livingstone. Bien sûr, lui c'est leur tête de turc -une de plus- depuis qu'il a eu le courage de dire que "Sharon est un criminel de guerre et qu'il devrait être en prison et non à ce poste." Comme si c'était un mensonge ! A l'époque nous lui avions écrit pour le féliciter de sa bravoure et pour lui dire qu'au moins il n'avait pas la lâcheté et l'hypocrisie de nos gouvernants. Et il nous a répondu. Ce qui nous a fait très plaisir. Cette fois, on vient à nouveau de lui écrire. Non pas pour faire comme les terroristes sionistes du CPIAJ qui harcèlent les gens pour les menacer. Nous lui avons envoyé un petit mot pour le prévenir que sa vie était en danger et nous avons copié-collé ce qui suit et qui se trouve sur la page ordurière de la secte du Kach... regardez le travail !

Allez les déchets faites nous plaisir pour une fois !
Mettez vous à 50 et faites vous exploser dans la mairie de Londres,
et surtout ne ratez pas le maire !
Si vous faites ça promis, nous vous appelerons des activistes,
ou même des résistants anti britaniques !

------------------------------

Donnez votre avis sur la destruction ciblée du déchetmerde Londres
Voulez vous que :

1 - on l'abatte d'une rafale
2 - on le pende
3 - on le décapite "à la déchet"
4 - qu'on le lynche "à la déchet"
5 - qu'on le farcisse à l'explosif pour en faire un déchet d'artifice
6 - vous avez quelque chose de plus joyeux à proposer

------------------------

Et bien sûr comme d'hab, le courriel est aussi allé à l'Elysée, chez Villepin, à divers journaux, bref la routine... on ne pourra pas dire qu'ils ne sont pas prévenus... au cas où il arriverait un coup dur car ce qui suit est, nous semble-t-il, une menace encore et aussi sur notre sol. Les quelques lignes ci-dessous se trouvent sur le drapeau français...

Vive la vraie France
Très bientôt, nous aurons le bonheur d'assister aux premiers 
exploits de la Résistance contre 
les déchets et les collabos frankaouis
Alors bien sûr, ce qu'ils nomment la "Résistance" c'est la sionisterie du bétar tagar kach mrav trav swrav et j't'en passe des meilleures mais extrêmistes et néonazis, sûr !! Et qui sévit sur notre sol... se permet les "ratonnades", menaces, injures, crachats, coups de batte de base-ball et autres joyeusetés, en toute impunité... et vu les lignes ci-dessus, il est certain qu'ils mijotent encore quelque chose... mais il se pourrait fort qu'à l'avenir ils tombent sur un OS !!!  Un gros gros NONOS !!!  Qui va piano va sano... qui va sano va lontano... un proverbe sicilien... puisque la police ne fait pas son boulot, il faudra bien que quelqu'un le fasse à sa place.  A moins que nous ne soyons flics ? Des vrais flics avec un sens aigu de la justice et du devoir, vas savoir !!!!!
Et puisque nous en sommes encore à ouvrir les yeux des aveugles et à essayer de réveiller les endormis, comme tout le monde le sait, un déserteur affilié à Kach a tué des innocents dans un bus. Ceci dit ce n'est pas la première fois que des colons massacrent des palestiniens, ils massacrent tous les jours leurs moutons ou les empoisonnent et commettent mille abominations sous le regard de la soldatesque qui les protège. En attendant voilà comment les barjots du CPIAJ traitent le sujet sur le fou furieux qui a tué les palestiniens...
La folie grave gangrène la police israélienne !
Deux policiers ont assisté sans réagir au lynchage de Eden Natan ZEDA z'l.
Ils étaient armés, ils auraient dû détruire une ou deux tonnes de déchets pour le dégager !
Que la mémoire de ces ordures soit maudite et leurs noms effacés !
La dixième chaîne de télévision a diffusé un enregistrement dans lequel on aperçoit Eden Natan Zeda, le terroriste de l'attentat de Shfaram, au centre de l'autobus le buste ensanglanté,
et non loin de lui deux policiers qui ne sont pas intervenus pour stopper le lynch de la foule hostile. (Guysen.Israël.News)

__________

Pendant que les derniers manifestants anti suicide national prenaient poliment congés des forces de répression,
un déséquilibré mental a détruit deux quintaux et demi de déchets.
Vraiment  pas de quoi fouetter un chat...
Mais ce prétexte suffit à la lie gauchiste du pays pour hurler avec les déchets qu'il faut accélérer le suicide national
et mettre au plus vite, tous les Judéo Sionistes, hors d'état de nuire.
Le déchet qui hurlait le plus fort, c'était l'étron de chien, pieusement conservé en Israël, depuis sa fiction crapuleuse sur
"la crevaison du petit déchet mohamerde"

______________________

Notez aussi comment ils traitent le petit palestinien mort assassiné par l'armée israélienne "petit déchet mohamerde"... "l'étron de chien" c'est bien sûr Enderlin... ils sont très poètes ces bouseux-là !! Et après c'est nous qui nous faisons traiter de raciste !  Y'en a un qui vient sur un de nos blogs pour me dire à moi Samuel Davis Roth que je suis antisémite et anti-juif !!! Voir les commentaires ICI... C'est plus fort qu'eux, il faut qu'ils se mêlent de tout, qu'ils floodent les forums et qu'ils laissent transuder leur haine sans arrêt... sans arrêt. Et qu'ils fassent honte aux vrais israélites qui eux, croyez-le, n'ont rien à voir avec ces calamités-là ! Ces calamités qui nous portent tort !

En fait, il est très bien que cette page merdique ait vu le jour. Ils sont en train de creuser leur propre tombe mais ils sont tellement nuls qu'ils ne s'en rendent même pas compte. Car si on vient nous dire quoi que ce soit... on répondra : "Comment ? Avant de nous reprocher quoi que ce soit, allez donc vous occupez de vos poubelles, ok ?"  La situation est désormais très claire.

Et pour conclure, quelques articles sur le Grand Mister Ken Livingstone... un humaniste... un homme juste... et d'ailleurs en attaquant Londres, n'est-ce pas lui que l'on a voulu toucher ? Londres est quand même investi par 7000 mossadiens... complètement infiltré... et Al Qaïda, la fameuse nébuleuse dont on ne sait pas grand chose ne serait pas vraiment l'oeuvre de Ben Laden, à ce qui se raconte en coulisse... d'autant que Netanhyahou se trouvait à Londres au moment des attentats et aurait été prévenu à l'avance... la manipulation bat son plein... l'axe Bush-Blair-Gros X met savamment en place le plan C... N'oublions pas Sharm el Sheik et les deux algériens assassinés par des pseudo terroristes en Irak... n'oublions pas surtout que trois jours auparavant, à l'ONU, l'Egypte et l'Algérie avaient dit par l'intermédiaire de leurs représentants ce qu'ils pensaient du mur et de la colonisation en Palestine... le Gros X idéologue sioniste qui veille à l'image de marque d'Israël est pugnace... et nous sagaces... l'étau se resserre et bientôt la Vérité va enfin transparaïtre... bonne lecture !

Le maire de Londres aux terroristes : « Vous échouerez »

Le maire de Londres, Ken Livingstone, s'est adressé, hier, directement aux terroristes.


« Je veux m'adresser directement à ceux qui sont venus à Londres pour tuer : je sais que vous, personnellement, vous ne craignez pas de donner votre propre vie pour prendre celles des autres. C'est pourquoi vous êtes si dangereux », a-t-il déclaré aux journalistes.


« Mais je sais que vous avez peur d'échouer dans votre objectif à long terme, qui est de détruire notre société libre, et je peux montrer pourquoi vous allez échouer. Dans les jours qui vont suivre, regardez nos aéroports, regardez nos ports, et regardez nos stations de métro, et même après votre lâche attaque, vous découvrirez que les gens des autres régions de Grande-Bretagne, que les gens du monde entier continueront de venir à Londres, pour devenir Londoniens, pour réaliser leurs rêves.


« Ils choisissent de venir à Londres, comme tant d'autres l'ont fait avant eux, parce qu'ils veulent être libres, vivre la vie de leur choix, ils veulent être eux-mêmes.
« Et rien de ce que vous ferez, quel que soit le nombre de ceux d'entre nous que vous tuerez, rien ne pourra rompre ce flot vers notre ville où la liberté est forte et où les gens peuvent vivre en harmonie les uns avec les autres. Quoi que vous fassiez, quel que soit le nombre de vos victimes, vous échouerez ».

Sources : http://archives.bienpublic.com/cgi/bp_handle?artid=/francemonde/20050708.BPA0108.html

 

-------------------------------

 

LONDRES: Ken Livingstone dit ce qu'il faut dire

 

Certains hommes qu'on rencontre dans sa vie, je ne sais pas pourquoi, inspirent une confiance qu'ils n'iront pas rater leur rendez-vous avec l'histoire. Je rencontrai Ken Livingstone en 1985 ou 1986 à Amsterdam dans un resto russe, un peu marginal, où nous avait invités Conny Braam, sa compagne de l'époque. Conny, très engagée dans la lutte contre l'Apartheid, est devenue depuis une journaliste et une romancière très prisée aux Pays-Bas.


M. Livingstone était à l'époque encore maire du Greater London Council (GLC, le précurseur de l'actuel Greater London Authority, dont il a été élu maire, dès sa reinstauration par le gouvernement de Blair). Le gouvernement de Mme Thatcher avit alors presque atteint son but de liquidation de cette île rouge dans l'Angleterre fort conservateur de ces jours. Ken Livingstone n'apparaissait pas très perturbé par ces circonstances pénibles. Nous dînions avec borscht et d'autres délices de la cuisine russe. L'alcool n'était pas du tout absent de notre repas.

Nous avons parlé de la gouvernance urbaine et nous nous sommes attardés sur un phénomène que je ne sais toujours pas expliquer, c.à.d.: le paradoxe du citoyen, qui, en tant que citoyen d'un Etat peut voter conservateur, en tant qu'européen vote réactionnaire, en tant qu'habitant d'une ville vote progressiste et qui, invité à s'occuper de son environnement direct (quartier urbain, riverain d'une autoroute, etc.) se transforme en activiste de gauche...

Je n'aimais pas particulièrement les priorités "alternatives" et peu pertinentes aux problèmes d'une grande ville que le gouvernement-Livingstone avait adoptées dans ses derniers jours. Mais depuis, j'ai compris que les pouvoirs des autorités locales étant très limitées en Angleterre, comparés à ceux que j'avais partagés dans ma commune hollandaise, c'était probablement la meilleure façon à utiliser politiquement les sévissements du gouvernement conservateur brittannique de l'époque.

Toutefois, l'homme m'impressionnait comme un bon représentant du peuple et tout à fait imperturbable dans sons intégrité.

Cette imperturbabilité se manifestait à nouveau, quand le gouvernement-Blair le boycotta comme candidat Labour à la présidence de la GLA: Il a réussi à se faire élire comme candidat indépendant contre le candidat officiel Labour et le Conservateur. Lorsque, après quatre ans, de nouvelles élections au GLA s'approchaient, Blair a été obligé d'inviter Livingstone à réintégrer le parti Labour et d'être leur candidat à la maïorie de Londres. Je m'imagine son plaisir sardonique.

Le maire Ken Livingstone, entre-temps, s'est distingué comme une des rares personnes qui a su apprivoiser le monstre de la privatisation du transport public (en faisant intervenir les spécialistes newyorkais du transport public, grisés par leurs expériences catastrophiques avec des privatisations, et qui, étant Américains, ne pouvaient que difficilement être dénoncés comme gauchistes par les ministres privatophiles de Tony Blair). Le système de filtrage des voitures privées fonctionne assez bien et constitue une exemple pour beaucoup d'agglomérations européennes.

Mais plusieurs fois, lorsque Ken se trouvait mêlé à des incidents peu appétissants à des fêtes ou avec des journalistes, la doute sur ses capacités de grand politicien revint quand'même à la surface.

Mais aujourd'hui, après les bombes dans le métro et dans le bus, ken Livingstone a dit exactement ce qu'il fallait dire en tant que maire d'une formidable ville. Sa déclaration immédiate et succincte, dont une grande partie a été reprise ci-dessous, a une force unifiante extraordinaire. Aucune doute sur la voie à suivre, en protégeant le "vivre-ensemble" des citoyens du monde qui choisissent la liberté et les défis de cette grande ville.

Quelle différence avec les réactions de sheriff de George Bush en 2001! Quelle différence avec les réactions pour la plupart xénophobes des responsables hollandais après le meurtre du cinéaste Théo van Gogh en novembre 2004!

Voici la dernière partie de la déclaration de Ken Livingstone du 7 juillet, en retournant de Singapore (ma traduction):

(...) "Aujourd'hui, j'ai ce message au monde: Il n'y a pas eu d'attaque terroriste contre les hommes de pouvoir et de grande influence. Ses cibles ne furent pas les présidents ni les premiers ministres. Son cible a été la masse des gens communs, des travailleurs londoniens, des noirs et des blancs, des musulmans et des chrétiens, des hindous et des juifs, des jeunes et des vieux. C'était un attentat assassin et aveugle, sans considération d'âge, de classe, de religion ou qoique ce soit.

Ce n'est pas une idéologie, ce n'est même pas une religion pervertie - c'est simplement un attentat aveugle d'assassinat de masse et nous savons quel objectif l'a inspiré. Ils veulent diviser les Londoniens. Ils essaient à susciter la lutte entre Londoniens. (...)

Pour conclure, je veux parler directement à ceux qui sont venus à Londres ce jour, afin de tuer. Je sais que, personnellement, vous n'avez pas peur à sacrifier votre vie afin de la prendre aux autres - c'est pourquoi vous êtes di dangereux. Mais je sais aussi que vous craignez de rater votre objectif à long terme, c'est à dire: détruire notre société libre, et je peux vous montrer pourquoi vous allez le rater.

Dans les jours à venir, regardez nos aéroports, regardez nos ports maritimes, regardez nos gares, et, même après votre lâche attaque, vour verrez que les gens du pays, des gens de tout le monde, arriveront à Londres, vont devenir des Londoniens et ils y réaliseront leurs rêves, ils y atteindront leurs meilleures potentialités.

Ils auront choisi à aller à londres, comme ceux qui les ont précédés en masse, parce qu'ils y vont pour être libres, il viennent vivre la vie qu'ils auront choisie, ils nous rejoignent afin de pouvoir être eux-mêmes. Ils vous fuient, parce que vous n'arrêtez pas de leur dire comment ils doivent vivre. C'est cela qu'ils refusent, et rien de ce que vous faites, combien d'entre nous vous assassinez, ne pourra arrêter cette fuite vers notre cité, où la liberté est forte et où les gens peuvent vivre ensemble en harmonie. Quoi que vous faites, autant que vous tuez, vous échouerez."

Sources :  TOUT COMPTE FAIT

 

----------------------------

 

La victoire de Ken Livingstone

Les électeurs londoniens ont élu un maire pour la première fois de leur histoire.

Les élections locales ont été marquées par le sérieux revers subi par Tony Blair alors que sa bête noire, Ken le Rouge, a été choisi pour diriger la capitale britannique.

Le premier ministre britannique, Tony Blair, a subi jeudi deux sérieux échecs, avec l’élection à la mairie de Londres de Ken Livingstone et un net recul de son parti aux élections locales dans le reste de l’Angleterre (voir ci-contre).

À Londres, où la participation n’a été que de 33,6 % des 5,09 millions d’électeurs inscrits, Ken Livingstone, grandissime favori, exclu du Labour pour avoir maintenu sa candidature " sauvage " face au candidat travailliste officiel, Frank Dobson, est devenu le premier maire de l’histoire de Londres, avec 776 427 voix contre 564 137 pour son suivant immédiat, le conservateur Steven Norris. Ces résultats incluent la seconde préférence exprimée par les Londoniens, aucun des candidats n’ayant obtenu plus de 50 % des suffrages à l’issue du décompte des premiers choix. Le candidat officiel du parti travailliste, Frank Dobson, n’arrive qu’en troisième position.

Parallèlement, les électeurs devaient désigner les 25 membres composant la future assemblée municipale. Aucune majorité ne s’y dégage contraignant le nouveau maire à diriger la mairie en formant une coalition. Conservateurs et travaillistes obtiennent 9 sièges chacun au sein de cette assemblée, les libéraux démocrates, 4, et les Greens font une entrée remarquée dans l’échiquier politique avec 3 sièges. Le poste de premier adjoint devrait revenir à l’un des dirigeants des Greens, Darren Johnson.

Ken Livingstone incarne la " vieille gauche " anglaise dont le premier ministre Tony Blair pensait avoir définitivement débarrassé son parti. Il a déjà par le passé dirigé le Conseil du Grand Londres, du temps de Margaret Thatcher, avant que celle-ci ne dissolve cette instance.

Citizen Kane n’a pas manqué de faire son grand retour sur la scène politique londonienne de la meilleure des manières, c’est-à-dire avec humour : " Comme je le disais avant d’être grossièrement interrompu il y a quatorze ans... ", faisant ainsi allusion à l’abolition du Grand Conseil de Londres, dont il était le leader, par Thatcher.

Ken Livingstone en rupture de ban avec le parti travailliste s’est dit désireux de " remédier aux divisions " qui le séparent " d’une partie de l’appareil du Labour Party ", et de " travailler ensemble pour le meilleur gouvernement de Londres et, je l’espère, la réélection des travaillistes " aux législatives attendues l’an prochain.

Il a dit " un mot " à son vieux collègue Frank Dobson, candidat malgré lui à l’élection, " qui a supporté un poids de haine qui aurait dû revenir à ceux qui ouvrent dans l’ombre ", et a espéré pouvoir travailler avec lui. Offre faite en l’occurrence à l’ensemble des autres candidats.

Depuis l’Irlande du Nord où il négocie l’avenir du processus de paix, Tony Blair a estimé " important que nous fassions tout ce que nous pourrons pour que les choses fonctionnent pour Londres et les Londoniens ". Livingstone l’avait auparavant quelque peu titillé sur la BBC : " Je pense que nous avons reçu un signal nous demandant de nous tourner vers notre électorat traditionnel. "

À un an des prochaines législatives, Tony Blair ne manquera pas de se pencher sur ce jeudi noir marqué par le réveil de l’opposition et celui du vieux Labour, resté fidèle aux idées traditionnelles des travaillistes en matière de justice sociale. Ce qu’a perdu de vue, semble-t-il, le New Labour. Le premier ministre est également confronté à des dossiers économiques et sociaux sensibles comme Rover à Longbridge et Ford à Dagenham, ou bien encore politique, avec l’enlisement du règlement du conflit nord-irlandais. L’avertissement est en tout cas sans frais pour le pouvoir britannique.

Sources : L'HUMANITE

Posté par Samuel Davis Roth

Commenter cet article