Découverte d'un triple infanticide en Savoie

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Découverte d'un triple infanticide en Savoie

 

La police a découvert les corps de trois nouveaux-nés à Albertville au domicile de leur mère, qui a reconnu les avoir cachés dans des caisses.

ne mère a reconnu avoir caché dans des caisses les corps de trois nouveau-nés, ses enfants, nés en 2001, 2003 et 2006, à son domicile d'Albertville. On ignore pour le moment les causes de leur mort. Elle a été placée en garde à vue. En son absence, son compagnon a découvert les deux premiers corps en état de décomposition dans des sacs en plastiques dissimulés dans des caisses. Il a aussitôt alerté la police et a affirmé qu'il n'était pas au courant.

Lorsque la mère est rentrée chez elle, elle a expliqué qu'elle n'avait pas voulu garder ses enfants et a indiqué aux enquêteurs la cachette du troisième cadavre, retrouvé dans un autre carton. La mère a expliqué aux enquêteurs qu'avant de cacher les corps à l'endroit où ils ont été trouvés, elle les avait congelés, les changeant régulièrement de place pour éviter qu'une autre personne ne les découvre. Elle les a même transportés lors du déménagement dans un nouveau logement du couple, il y a un an.

L'affaire rappelle une autre affaire remontant à octobre dernier, dans laquelle un couple, Véronique et Jean-Louis Courjault, sont poursuivis pour les assassinats de trois enfants dont les corps ont été découverts dans le congélateur du domicile conjugal.

Véronique Courjault, qui a déclaré devant les policiers avoir tué ces trois enfants entre 1999 et 2003, est poursuivie pour "assassinats" et écrouée. Son mari, Jean-Louis Courjault, mis en examen pour "complicité d'assassinats", a été laissé libre sous contrôle judiciaire. Il dit avoir tout ignoré.

Des psychiatres ont expliqué après cette première affaire que le "déni" d'une grossesse, un phénomène relativement courant par lequel la mère refuse l'idée d'être enceinte, conduisait parfois au meurtre de l'enfant à la naissance. Le fait que le père ne soit pas au courant est banal dans ces dossiers, assurent les psychiatres.

Comme celle des Courjault, l'affaire d'Albertville semble s'être passée dans un milieu social aisé. Née dans une famille de sept enfants, Véronique Courjault, diplômée en sociologie, était femme au foyer à Séoul, lorsque le couple y était expatrié. Elle travaillait comme bénévole au lycée français.

Sources L'Express

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans stop-antifrancisme

Commenter cet article