Sarkozy en Afghanistan avec Gluksmann

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Peut-on nous expliquer ce que fout Gluksmann en Afghanistan avec Sarkozy ? Cette ingérence sioniste commence à bien faire !




Visite éclair de Nicolas Sarkozy en Afghanistan

Le  président français, Nicolas Sarkozy, est arrivé, samedi matin 22 décembre à Kaboul, en Afghanistan, pour une visite de quelques heures.  Il a été reçu par son homologue afghan, Hamid Karzaï.

A l'issue de son entretien avec ce dernier, Nicolas Sarkozy a indiqué, aux journalistes qui l'accompagnent durant son voyage, qu'": et la guerre contre le terrorisme. Il a souligné qu'il fallait agir pour que a-t-il martelé..

Il a rappelé que la France "avait payé le prix du sang" pour permettre de consolider la démocratie dans ce pays. Depuis fin 2001, 13 soldats français sont morts sur le théâtre afghan qualifié d'"extrêmement périlleux" par M. Sarkozy. "Les 2 000 soldats français ne sont pas une force d'occupation", a-t-il affirmé. Et de poursuivre : "Nous sommes là pour aider les autorités légitimes afghanes à lutter contre les trafiquants de drogue, les talibans et Al-Qaida".

ENVOI SUR PLACE DE CHARS LECLERC ?

Sans vouloir s'engager sur un renforcement des troupes françaises, malgré l'appel de Washington à ses alliés pour le faire, le président Sarkozy a simplement indiqué que "vraisemblablement nous renforcerons la présence de ceux qui encadrent l'armée afghane". Et il a insisté sur l'importance "qualitative" plutôt que "quantitative" de la présence française.

En novembre, lors de sa visite aux Etats-Unis, Nicolas Sarkozy avait laissé entendre, à la grande satisfaction de Washington, qu'elle y enverrait des moyens nouveaux.

A en croire Le Canard enchaîné, la France s'apprêterait à envoyer en Afghanistan une quinzaine de chars Leclerc pour renforcer le contingent français. L'hebdomadaire satirique explique que les chars Leclerc, des matériels équipés des dernières technologies d'armement et de matériels d'écoute, déjà engagés au Liban, seraient envoyés en Afghanistan "dans quelques semaines" à bord du Mistral, qui gagnerait un port pakistanais avant de rejoindre la zone des combats.

Interrogé par Reuters, le cabinet du ministre de la défense, Hervé Morin, a opposé un "démenti catégorique" à cette information.

M. Sarkozy devait ensuite rencontrer les troupes françaises stationnées dans le pays dans le cadre de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF).

 

Le chef de l'Etat français est accompagné du ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner, du ministre de la défense, Hervé Morin, et de la secrétaire d'Etat aux droits de l'homme, Rama Yade. Le général Jean-Louis Georgelin, chef d'état-major des forces armées, et le philosophe André Glucksmann sont également du voyage.


Sources Le Monde 

Posté par Adriana Evangelizt


Commenter cet article