Français tués en Mauritanie: le parti islamiste dénonce un acte "criminel"

Publié le par Adriana EVANGELIZT

On ne nous empêchera pas de penser que l'assassinat de nos compatriotes en Mauritanie est dans le but de nuire à la France. Pourquoi tuer des gens après les avoir dévalisés ? Pour nous, le vol n'était qu'un prétexte. Les pays d'Afrique sont très infiltrés. Et lorsque des étrangers y entrent, ils sont de suite repérés. L'assassinat puis la fuite des criminels vers la Côte d'Ivoire limitrophe du lieu du crime montre que tout était savamment préparé. Le tout est de savoir pour qui oeuvrait ces mercenaires.



Français tués en Mauritanie: le parti islamiste dénonce un acte "criminel"


NOUAKCHOTT - Le parti islamiste mauritanien, le Rassemblement national pour la réforme et le développement (UNRD) a condamné jeudi l'assassinat "criminel" de quatre Français lundi par des Mauritaniens proches des milieux salafistes, dans un communiqué transmis à l'AFP.

"Le RNRD affirme sa condamnation et dénonce sans réserve cette agression criminelle contre des Français qui sont entrés en toute sécurité dans notre pays et exprime sa solidarité avec leurs familles", indique le texte.

Le parti, qui rappelle "l'interdiction totale de tuer la personne humaine" dans l'islam, estime que le peuple mauritanien, "connu pour sa bonté et sa tolérance, se démarque de cette agression étrangère à ses valeurs".

Le RNRD appelle enfin les autorités, les oulémas, les partis politiques et les hommes d'opinions "à collaborer pour protéger (leur) pays et éviter qu'il puisse plonger dans les abysses de la barbarie aveugle".

Interdit sous le président Maaouiya Ould Taya (1984-2005) puis durant la transition (2005-2007) conduite par une junte militaire, le RNRD a été officiellement reconnu en août 2007 sous l'impulsion du nouveau président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, élu en mars.

Il demeure l'unique parti islamiste reconnu en Mauritanie et compte cinq députés à l'Assemblée nationale.

Trois Mauritaniens ont attaqué lundi un groupe de cinq touristes français à une vingtaine de kilomètres d'Aleg (sud-est), tuant quatre d'entre eux et en blessant un cinquième. Ils ont ensuite pris la fuite vers le Sénégal et sont toujours activement recherchés.

Mardi, le parquet général de Nouakchott avait révélé que deux des trois assaillants étaient proches d'un groupe terroriste islamiste.

Ces deux jeunes hommes avaient été arrêtés en 2006 pour appartenance présumée au Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) algérien, rebaptisé depuis Branche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (BAQMI).

Plusieurs partis politiques du pays ainsi que le groupe des indépendants majoritaires au Parlement, qui soutiennent le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, ont également condamné ces derniers jours le meurtre des touristes français.

Mercredi, au cours d'une rencontre avec le ministre de l'Intérieur Yall Zakaria, plusieurs d'entre eux avaient déploré des "failles dans le système de sécurité du pays" qui ont "conduit à l'attaque contre de paisibles touristes de passage".

Le ministre avait alors affirmé que son département ferait "le nécessaire pour améliorer le rendement des services de sécurité et corriger les dysfonctionnements constatés", selon son porte-parole.

Sources Romandie 

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans stop-antifrancisme

Commenter cet article

abdelkader Dehbi 31/12/2007 08:00

De toutes les manières, et depuis les "attentats" du 11 Septembre, même quand il y a un vent de sable, c\\\'est sûrement le fait des "terroristes islamistes" d\\\'Al Qaïda, du GSPC ou de quelque autre "monstre du Look Ness" inventé par les tireurs de ficelle de l\\\'alliance des sionistes-néocons manipulant ce triste pantin de Bush.