Naufrage d'un chalutier au large du Finistère: un rescapé, 2 morts et 4 disparus

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Pour nous, ce chalutier n'a pas coulé tout seul. Nos mers sont infestés de sous-marins américains qui espionnent. Et pas qu'américains d'ailleurs. Ce n'est pas la première fois, de surcroît, qu'ils accrochent nos navires et se tirent sans laisser d'adresse. Nous pensons donc que cette fois c'est la même chose.

Naufrage d'un chalutier au large du Finistère:

un rescapé, 2 morts et 4 disparus

Deux marins sont morts et quatre autres ont disparu lundi dans le naufrage encore inexpliqué de leur chalutier de 24 mètres, "La P'tite Julie", au large du nord Finistère, un seul marin ayant été retrouvé vivant.

Les recherches pour retrouver les quatre disparus dans cet accident, l'un des plus graves des dix dernières années, ont repris mardi matin, a indiqué la préfecture maritime de l'Atlantique qui coordonne les secours.

D'importants moyens sont dépêchés sur zone dont un hélicoptère super-frelon de la base de Lanvéoc-Poulmic, et en mer l'Argonaute, bâtiment affrété par la Marine nationale. Sept bateaux de pêche participent également aux recherches.

Parallèlement, le ministre de la Pêche Michel Barnier est arrivé mardi matin à Erquy, port d'attache du chalutier, pour y rencontrer le comité local des pêches et l'armateur du bateau, a constaté une journaliste de l'AFP.

L'unique rescapé est l'un des trois marins Portugais de l'équipage, David Dourado Marquès, a révélé le procureur de Saint-Brieuc, Gérard Zaug. Sa région d'origine n'a pas été précisée, pas plus que l'identité des marins décédés ou disparus.

Selon le parquet de Saint-Brieuc chargé de l'enquête judiciaire, le chalutier, immatriculé dans cette ville, a coulé très rapidement. Le rescapé, qui dormait au moment des faits, a été réveillé par un autre membre d'équipage qui lui a transmis l'ordre d'évacuation.

Lors de ses premières auditions, le marin-pêcheur, souffrant d'hypothermie et hospitalisé à Brest, a expliqué ne pas avoir ressenti de choc ce qui, selon M. Zaug, écarte a priori l'hypothèse d'une collision.

L'appel de détresse de "La P'tite Julie" a été reçu vers 5h00 par le Centre opérationnel de sauvetage (CROSS) de Corsen (Finistère).

Le navire se trouvait à une cinquantaine de km au large du phare de l'île Vierge (nord du Finistère), dans des conditions météorologiques un peu rudes mais courantes en cette période de l'année.

Le CROSS a aussitôt déployé d'importants moyens sur zone, demandant à trois navires de commerce et à quatre bateaux de pêche de se dérouter.

Un bâtiment de la Marine nationale, l'Argonaute, quatre hélicoptères de la Marine, un hélicoptère de la sécurité civile, un avion des douanes, ainsi que des garde-côtes britanniques (deux hélicoptères) ont participé aux recherches, selon la Préfecture maritime.

Les secours ont rapidement retrouvé deux canots de sauvetage vides. Peu avant 8h00, le rescapé a pu être récupéré. En milieu de matinée, les sauveteurs ont repêché le corps d'un premier marin, puis celui d'un deuxième.

"La P'tite Julie", un chalutier de 24 mètres, appartenait à l'armement Porcher et avait son port d'attache à Erquy (Côtes d'Armor), en baie de Saint-Brieuc.

L'armement, dont il n'a pas été possible de joindre la direction, possède une flottille d'une quinzaine de chalutiers de 18 à 35 mètres. Selon plusieurs témoignages, ces navires sont bien entretenus et armés par des marins compétents.

Le ministre de la Pêche, Michel Barnier, devait se rendre mardi dans le port breton pour exprimer son "émotion" et sa "solidarité aux marins pêcheurs et à leurs familles", a annoncé un communiqué du ministère.

Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durable, et Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat aux Transports, ont demandé au directeur du BEA Mer (Bureau d'enquêtes sur les évènements de mer) d'ouvrir une enquête technique en vue de déterminer les circonstances et les causes de ce naufrage.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt


Publié dans Crimes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article