Sarkozy veut augmenter fonctionnaires mais pas les contribuables

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Là encore une façon de Sarkozy de se foutre de la gueule du monde. Croyez-le, cela nous ferait plaisir de l'avoir en face de nous pour lui dire tout ce qu'on a sur le coeur. Vingt quatre heures ne suffiraient pas à en dresser la liste. Ainsi n'a-t-il pas honte de dire que les fonctionnaires ont le malaise et le mal de vivre le plus important. Ah bon ? Il en est sûr ? On en connait pas mal de fonctionnaires et hormis leur salaire largement supérieur à la moyenne, il ne nous semble pas qu'ils soient au bord du suicide ou qu'ils aient du mal à joindre les deux bouts comme nous, par exemple. Il nous semble même que pour ce qu'ils font, ils sont largement monnayés. La suite est de la même veine... "Certains fonctionnaires ont perdu du pouvoir d'achat au cours des années récentes, il ne sert à rien à mentir." Et les ouvriers ? Ils n'ont pas de problèmes de pouvoir d'achat, eux ? Mais le bouquet final est qu'il veut augmenter les fonctionnaires, alors qu'il n'a pas voulu augmenter le smic et qu'il "assurera à chaque fonctionnaire que son traitement indiciaire de base évolue au minimum au même rythme que l'inflation." Et les autres ? Les millions d'autres qui supportent justement de plus en plus mal l'inflation, qu'en est-il ? On voit là toute la morgue de Sarkozy. Qui paye les fonctionnaires ? Nous. Nous qu'il refuse d'augmenter. C'est une certitude qu'il prend les Français pour des vaches à lait. Il nous suce le sang jusqu'à l'os. Avec un tel mépris et une telle arrogance que ça ne lui portera pas chance, c'est certain. Jamais, au grand jamais on a eu pareil vampire comme président. Il peut ironiser sur Chirac. Ce dernier profitait certainement moins des français que lui. Pourvu que ça dure !

Sarkozy réaffirme à Lille sa volonté de réduire

 le nombre des fonctionnaires

Nicolas Sarkozy a réaffirmé sa volonté de réduire les effectifs de la fonction publique et, en même temps, d'améliorer le pouvoir d'achat des agents publics, vendredi en prononçant ses voeux aux fonctionnaires et aux corps constitués à la préfecture de Lille.

"Il faut mieux payer les fonctionnaires et ne pas considérer la question des effectifs comme un tabou", a déclaré le chef de l'Etat. "Nous sommes le pays qui a les dépenses publiques les plus importantes, et le pays où les fonctionnaires ont le malaise et le mal-être de vivre le plus important", a-t-il poursuivi.

"C'est un grand mystère de constater que l'inefficacité de l'Etat et l'épuisement des agents publics n'ont cessé de croître au cours des années récentes à mesure que les effectifs de la fonction publique et les moyens de l'administration augmentaient", a insisté Nicolas Sarkozy.

"La réduction des effectifs de la fonction publique ne peut se faire sans amélioration concomitante de la paie (...) c'est un fait que certains fonctionnaires ont perdu du pouvoir d'achat au cours des années récentes, il ne sert à rien à mentir", a-t-il estimé.

Pour y répondre, le président a rappelé sa décision d'instaurer une garantie individuelle du pouvoir d'achat, qui "assurera à chaque fonctionnaire que son traitement indiciaire de base évolue au minimum au même rythme que l'inflation", et a promis qu'une solution serait trouvée pour le versement des heures supplémentaires impayées dans la fonction publique.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article