Sarkozy veut "renforcer les pressions internationales" contre l'Iran

Publié le par Adriana EVANGELIZT

A peine élu, la rhétorique de Sarkozy allait dans le sens israélo-américain, ce qui prouve bien pour qui il oeuvre, sans demander son avis au Peuple de France, qui, nous semble-t-il est le premier concerné. Et toute la politique de Sarkozy est d'ailleurs axé dans cette voie même s'il ne dit rien de précis sur le sujet. Nous le jugeons à ses actes. Ainsi lorsqu'on lui pose la question de savoir si  George W. Bush -attendu lui aussi en Arabie Saoudite lundi-  pourrait attaquer l'Iran militairement avant la fin de son mandat, et qu'il répond : "Notre objectif est une solution négociée dans le cadre d'un système multilatéral. Les autorités américaines se sont exprimées à plusieurs reprises et au plus haut niveau dans le même sens. Les résolutions 1737 et 1747 des Nations unies sont placées sous l'article 41 de la Charte, qui exclut le recours à la force", on rit ! Est-ce que Bush s'est gêné pour attaqué l'Irak alors qu'il n'en avait pas le droit ? On l'entend aussi beaucoup parler des résolutions de l'ONU de l'Iran qui ne sont pas respectées mais rien sur celles d'Israël qui sont bafouées depuis des dizaines d'années. Là, il est muet comme une carpe.  D'autre part, faut-il rapporter tout le pataquès fait par Bush au sujet de l'incident iranien et d'une video diffusée par l'armée américaine qui est un faux, une video truquée ? Nous retenons, dans l'immédiat, qu'il se trouve dans les parages où Bush sera. Dernier point, que fait Dati avec lui là-bas ? Quel est son rôle ? Le contribuable Français la paierait-il à servir de dame de compagnie au tombeur ? Il y a beaucoup d'anachronisme dans le comportement de Nicolas Sarkozy. Il serait dans son intérêt de ramener le plateau de la balance dans le bon équilibre. Mais tout énamouré qu'il est, saura-t-il se ressaisir ? Nous ne le pensons pas.

Sarkozy veut "renforcer les pressions internationales"

contre l'Iran

Le président français Nicolas Sarkozy a affirmé qu'il voulait "renforcer les pressions internationales" contre l'Iran, "au Conseil de sécurité" des Nations unies et "au sein de l'Union européenne", dans une interview à Al Hayat, dimanche.

"L'Iran persistant à ne pas respecter ses obligations internationales, nous souhaitons donc continuer à renforcer la pression internationale au Conseil de sécurité et au sein de l'Union européenne", a déclaré le chef de l'Etat français dans cette interview, publiée quelques heures avant son arrivée à Riyad pour une visite de trois jours dans le Golfe (Arabie Saoudite, Qatar, Abou Dhabi).

M. Sarkozy a préconisé ce renforcement des sanctions contre l'Iran, soupçonné de vouloir se doter de l'arme nucléaire, "afin que ce pays se conforme à toutes ses obligations internationales, c'est-à-dire qu'il suspende ses activités sensibles et mette en oeuvre les garanties supplémentaires demandé par l'AIEA" (Agence internationale de l'énergie atomique).

Alors qu'on lui demandait s'il pensait que le président George W. Bush (attendu lui aussi en Arabie Saoudite lundi, après le départ de M. Sarkozy) pourrait attaquer l'Iran militairement avant la fin de son mandat, le président français, a observé: "Notre objectif est une solution négociée dans le cadre d'un système multilatéral. Les autorités américaines se sont exprimées à plusieurs reprises et au plus haut niveau dans le même sens. Les résolutions 1737 et 1747 des Nations unies sont placées sous l'article 41 de la Charte, qui exclut le recours à la force".

Les sanctions contre l'Iran prévues par la résolution 1737 de décembre 2006 du Conseil de sécurité de l'ONU ont été alourdies dans un deuxième résolution, la 1747, adoptée en mars 2007 suite au refus de Téhéran de suspendre ses activités d'enrichissement et de retraitement de l'uranium.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article