"Les Français veulent un président de crise, pas un président fêtard"

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Ca, c'est sûr que s'il s'est fait élire pour faire la goguette, profiter de sa position pour séduire les nanas, s'envoyer en l'air comme bon lui chante et nous faire profiter de ses ébats -comme en Egypte où a été évoqué qu'il n'avait pas fait chambre à part avec la donzelle, ce qui nous laisse imaginer beaucoup de choses...- il n'avait qu'à rester à l'état de simple citoyen, ce qui lui aurait valu moins de conquêtes, c'est certain. Comme nous le disions ICI, le principal défaut de Sarkozy, c'est le manque de maturité. Il est complètement immature. Il a 16 ans dans son mental. Nous avons à la tête de notre pays un adolescent. Il vit comme il respire. Immaturité et manque de maîtrise sont ses deux caractéristiques. La maîtrise n'est certes pas l'apanage de Sarkozy, il se laisse aller à ses penchants bon ou mauvais sans réfléchir aux conséquences comme n'importe quel quidam. Ajoutons à cela le déballage en oubliant, bien entendu, la position qu'il occupe. Il est amoureux, il veut que ça se sache. Il ne peut pas le cacher tout heureux qu'il est de son nouveau bonheur avec en filigrane un message fort de vengeance à l'encontre de Cécilia. Car on ne peut effectivement s'empêcher de penser que tout le charivari Carla tombe à un moment où il savait que le livre de son ex-épouse allait paraître. Et encore, elle aurait pu en dire beaucoup plus. Donc en plus des trois autres tares, il est revanchard, mais ça nous le savions déjà vu son comportement avec Dominique de Villepin. Le message fort que nous envoie Sarkozy est donc le suivant : Oublions nos soucis et jouissons ! Jouissons ! Jouissons ! Jouissons ! Faites comme moi, accrochez vous au rideau et montez au septième ciel. D'ici à ce que la France se transforme en gigantesque lupanar, y'a pas loin !

"Les Français veulent un président de crise,

 pas un président fêtard" estime un sociologue

Le sociologue Denis Muzet a estimé dimanche sur France 3 que "les Français veulent un président de crise, pas un président fêtard", à propos de la polémique sur la pipolisation de la vie de Nicolas Sarkozy.

"Le président qui n'arrêtait pas de dire +travailler plus pour gagner plus+, tout d'un coup, il montre des images où il coule quelques heures heureuses au côté de sa nouvelle fiancée" Carla Bruni, a-t-il déclaré à l'émission Duel sur la 3.

"Il y a eu une contradiction entre les images d'un président qui prenait du plaisir, avait semblé oublier les Français, et les Français qui souffrent, qui rament, qui bouclent difficilement leurs fins de mois", a ajouté le directeur de l'institut Médiascopie.

"La France est en crise, François Fillon l'a dit. Les Français veulent un président de crise, ils ne veulent pas un président fêtard", a-t-il souligné.

"On a eu, à la fin de l'année 2007, un président bling bling. Là il est devenu (pendant les voeux) un président un peu gong gong, c'est-à-dire un peu mystique, avec la morale, les valeurs, l'identité" en évoquant sa "politique de civilisation", a encore déclaré M. Muzet.

"Je crois que les Français ont besoin à la fois de bling bling -de matérialisme, d'efficacité, de pragmatisme- et de gong gong -de valeurs, d'identité", a-t-il dit. De son côté, le politologue Dominique Reynié a estimé que "le fait qu'un président parle de son bonheur personnel est une erreur importante". "Au fond, parler de son bonheur quand on est président, c'est comme dire aux Français +je m'intéresse un peu moins au vôtre+".

"La nature même de l'institution (présidentielle) la remplit de gravité et même de majesté et je fais le pari que ça va finir par rattraper Nicolas Sarkozy. Dans quelques mois, il sera comme ses prédécesseurs. Giscard en son temps, plus jeune que lui, avait tenté l'opération et avait été rattrapé ô combien par la majesté", a-t-il ajouté.

"Ca va revenir d'autant plus (...) que les Français ont le sentiment de vivre dans une situation compliquée, trouble et ont envie de recourir à l'institution dans sa majesté", selon M. Reynié. Et si les Français sont "d'accord sur le diagnostic" de Nicolas Sarkozy sur la situation de la France, désormais "le doute apparaît sur sa détermination à résoudre ces problèmes", a-t-il commenté.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article