L’intransigeance de Trichet déprime les Bourses européennes

Publié le par Adriana EVANGELIZT

L’intransigeance de Trichet déprime les Bourses européennes

A l’instar du Cac 40, les indices européens ont terminé dans le rouge, mercredi, suite aux propos du président de la BCE laissant entendre qu’elle ne baisserait pas ses taux directeurs.


Les Bourses européennes ont de nouveau chuté, mercredi. A Paris, le Cac 40 a perdu 4,25% pour finir à 4636 points, dans un volume d’échange toujours très élevé, à 11,9 milliards d’euros. A la bourse de Francfort, la baisse a été supérieure, le Dax perdant 4,88%. A Londres, l’indice Footsie 100 a cédé 2,28%, pour finir à 5609 points.

Pourtant, la journée avait commencé par un rebond, dans la foulée de celui enregistré la veille. Peu après l’ouverture, Paris gagnait 1,64% à 4922 points. Mais entre temps, le président de la Banque centrale européenne, lors d’une audition devant le Parlement européen, a laissé entendre que les taux d’intérêts ne baisseraient pas en zone euro.

Selon Jean-Claude Trichet, la correction subie par les marchés est « très significative ». Mais il a ajouté que dans les périodes de « turbulences », la tâche de la BCE devait être en premier lieu d’« ancrer les anticipations » d’inflation, signifiant ainsi que l’institut de Francfort n’imiterait pas son homologue américaine. Mardi, la réserve fédérale a décidé d’une baisse imprévue de son principal taux directeur de trois quarts de points.

« Nous allons voir comment se développe la situation dans l’économie réelle dans la mesure où elle se reflète sur les tensions inflationnistes » a ajouté Jean-Claude Trichet. Pour être plus clair, il a réaffirmé que le seul mandat de la BCE était de contenir l’inflation en zone euro, suggérant ainsi qu’elle n’était pas là pour soutenir la croissance.

Sources L'Expansion

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article