Une fraude colossale

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Ce qui est très étrange dans cette histoire, c'est qu'ils collent la responsabilité de ce gigantesque trou à un trader dont l'identité n'est pas révélée et ils se contentent de le "relever" de ses fonctions. A notre avis, ce n'est peut-être pas un "trader" qui a fait le coup. Quand on voit la tête et les explications d'un des patrons de la SG, il a l'air aussi franc qu'un âne quand il recule. La même chose.

Une fraude colossale




Un courtier de la Société Générale fait perdre 7,8 milliards de francs à sa banque. Il a profité de sa connaissance des procédures de contrôle pour dissimuler ses positions grâce à des transactions fictives

La Société Générale, l'une des trois premières banques françaises, a annoncé hier avoir perdu 7 milliards d'euros. L'un de ses traders a fait s'envoler 4,9 milliards d'euros (7,8 milliards de francs) dans la fraude la plus colossale de l'histoire de la finance mondiale. Conséquemment, le PDG de la Société Générale, Daniel Bouton, et son directeur général, Philippe Citerne, renoncent à leur bonus 2007 et à leur salaire fixe pendant les six premiers mois de cette année.

En pleine tourmente boursière internationale, la banque a été contrainte d'annoncer cette fraude interne de 4,9 milliards d'euros, auxquels s'ajoutent 2 milliards de dépréciations liées à la crise des subprimes.

L'employé à l'origine de la fraude, opérant à Paris et dont l'identité n'a pas été révélée, a été «relevé» de ses fonctions.

Transactions fictives
Selon les explications de la banque, la fraude a été découverte le 19 janvier: un trader, opérant dans une sous-division de ses activités de marché, a profité de «sa connaissance approfondie des procédures de contrôle», pour «dissimuler ses positions grâce à un montage élaboré de transactions fictives». «C'est un homme seul qui a construit une entreprise dissimulée à l'intérieur du groupe en utilisant les instruments de la Société Générale et qui a eu l'intelligence d'échapper à toutes les procédures de contrôle», a déclaré Daniel Bouton.

Le trader «a joué, mais pas à son profit», a déclaré une source syndicale à l'issue d'une réunion avec la direction.

De son côté, l'avocat d'une centaine d'actionnaires de la banque a affirmé avoir déposé une plainte pour «escroquerie, abus de confiance, faux, usage de faux et complicité, et recel». Malgré les 6,9 milliards perdus, la banque a annoncé pour 2007 un bénéfice net estimé entre 600 et 800 millions d'euros. Mais la chute est spectaculaire par rapport au résultat net de 5,221 milliards en 2006.

Sources Le Matin

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article