Sarkozy se défend de désacraliser la fonction présidentielle

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Il vaut mieux entendre ça que d'être sourd ! Pauvre Sarkozy ! Le jour où il sera sincère avec lui-même et franc avec les Français, les poules auront des dents ! Voila les références qu'il nous cite : il est l'homme de l'année en Chine et il est dans la presse tous les jours aux Etats-Unis. Ah il est dans la presse, pour sûr, mais certainement pas pour en dire du bien. Quant à soutenir qu'il ne ridiculise pas la France, il ne fait que ça.

Sarkozy se défend de désacraliser la fonction présidentielle

Critiqué sur la surexposition de sa vie privée, qui lui coûte des points dans les sondages, Nicolas Sarkozy s'est défendu de désacraliser la fonction présidentielle et de ternir l'image de la France à l'étranger, samedi en marge de son voyage en Inde. Une visite en partie éclipsée dans la presse par les spéculations sur la venue ou non de sa compagne Carla Bruni.

Est-il plus connu à l'étranger pour son style et sa vie privée que pour son action? "Je pense que ce n'est pas exact", a-t-il répliqué, lors d'une discussion à bâtons rompus avec la presse à l'ambassade de France à New Delhi, au terme de sa visite d'Etat de deux jours en Inde.

Et d'argumenter: "j'ai été désigné homme de l'année par les Chinois, et je ne pense pas que ça ait un lien avec ma vie privée", a-t-il plaidé. "Aux Etats-Unis, je suis dans la presse tous les jours depuis mon discours au Congrès et ça n'a rien à voir avec ma vie privée".

Dans la presse indienne comme française, la venue ou non de Carla Bruni a donné lieu durant ce séjour asiatique à un véritable feuilleton à rebondissements. Fait notable, plusieurs représentants de la presse "people" avaient fait le déplacement, au côté de la presse accréditée à l'Elysée. L'hypothétique venue du mannequin transalpin, "pas encore mariée" de son propre aveu, avait également donné des sueurs froides au très prude protocole indien.

C'est finalement en célibataire et avec plusieurs de ses ministres que Nicolas Sarkozy a visité le romantique Taj Mahal samedi. C'était "plus beau encore que ce qu'on m'en avait dit", a-t-il confié, "très heureux". Cette escapade a été abondamment commentée par les chaînes indiennes d'information en continu, au même titre que les sujets abordés avec New Delhi tels que le nucléaire.

"S'agissant de la présence de Carla, nous avions décidé ensemble de ce que nous ferions ou ne ferions pas" et de ne faire "aucun commentaire", a glissé le président, qui s'est à nouveau défendu d'"instrumentaliser" sa vie personnelle. "Quand je suis à Charm-el-Cheikh, je ne veux pas que vous soyez là. Quand je suis à Louxor, je ne veux pas que sous soyez là", a-t-il également expliqué à des journalistes, en allusion à ses vacances en Egypte avec sa compagne fin décembre.

Interrogé par ailleurs sur les municipales, il a assuré qu'il n'avait pas cherché à prendre du recul par rapport à ce scrutin en expliquant mardi dernier qu'il n'entendait pas se "mêler du détail des municipales dans chacune des villes de France". "Une élection est par définition politique, sinon ce n'est pas une élection", a-t-il mis au point samedi. Il faut "à la fois un message politique pour mobiliser un électorat et une campagne locale. (...) Les deux mouvements sont complémentaires".

Sources La Tribune

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article