Les syndicats de France Télévisions appellent à la grève le 13 février

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Là c'est pareil, danger, danger, danger. Tout ce qu'entreprend Sarkozy envers les médias est danger. Privatiser la 3 quand on sait que c'est une des seules chaînes qui ose vraiment critiquer le pouvoir en place, prouve d'où vient le coup de massue. Sarkozy veut tout à sa botte. C'est de la graine de despote.

Les syndicats de France Télévisions

 appellent à la grève le 13 février

Huit syndicats de France Télévisions ont appelé mardi l'ensemble des salariés de l'audiovisuel public à la grève et à une manifestation le mercredi 13 février pour "exiger la pérennité du service public, de son financement et de son périmètre", dans un communiqué commun.

"Pour la première depuis l'existence du groupe France Télévisions, l'ensemble des syndicats (CFDT, CFTC, FO, SNJ, SITR, SNJ-CGT, SNRT-CGT et Sud) lancent un appel commun aux salariés de France Télévisions et à l'ensemble des salariés de l'audiovisuel public (Radio France, RFI, TV5 Monde)", a déclaré à l'AFP Jean-François Téaldi, l'un des porte-parole de l'intersyndicale.

Compte tenu des "conséquences du projet de modification du mode de financement de l'audiovisuel public et des risques de démantèlement qui en découlent", les syndicats soulignent la "nécessité d'appeler les salariés à la mobilisation pour exiger la pérennité du service public audiovisuel, de son financement, de son périmètre et le respect du pluralisme".

Les syndicats ont demandé au président de la République de les recevoir pour "obtenir des garanties sur ces points".

Un préavis de grève de 24 heures a été déposé à France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5 et les chaînes de RFO). Une manifestation est prévue le même jour de 14H00 à 18H00 entre l'Assemblée nationale et l'Elysée, a précisé M. Téaldi.

Nicolas Sarkozy a annoncé le 8 janvier un projet de suppression de la publicité sur les chaînes publiques. Il a promis que la disparition des recettes publicitaires dans l'audiovisuel public serait "compensée intégralement", mais les solutions avancées pour compenser le manque à gagner soulèvent des interrogations chez les syndicats et certains acteurs du secteur.

Dimanche, le site internet MediaPart a affirmé que l'Elysée discutait d'une "privatisation" de France 3, dont les décrochages régionaux seraient transférés à la presse régionale. L'information a été démentie par l'Elysée.

Lundi, le SNJ, deux syndicats CGT de France 3 (journalistes et techniciens), le syndicat CFDT des médias et la Société des journalistes (SDJ) de la rédaction nationale de France 3, ont tous exprimé leur inquiétude sur une éventuelle "privatisation" de la chaîne publique.

La semaine dernière, jeudi, un appel à la grève à France 2 par une intersyndicale CFDT, CGC, CGT, SNJ et SITR, a été suivi par près de 30% des salariés, ce qui a entraîné la suppression du journal télévisé de 13H00 ainsi que la déprogrammation de l'émission politique "A vous de juger" présentée par Arlette Chabot.

L'appel commun à la grève pour le 13 février intervient alors que le gouvernement étudie un nouveau cahier des charges pour les différentes chaînes de France Télévisions.

Sources AFP
Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article