Un Mirage 2000N s'abîme en mer au large de la Gironde

Publié le par Adriana EVANGELIZT

En ce moment tout le monde s'entraîne à la guerre. Il va déjà y avoir le gros problème du Kosovo que l'Union Européenne s'apprête à cautionner malgré la violation de la loi internationale et le veto russe et ensuite les sionistes qui n'arrêtent pas leur provocation en Syrie, en Palestine, au Liban et qui programment l'attaque de l'Iran avec les Etats-Unis. La troisième guerre mondiale est à deux pas mais... faisons confiance à la terre qui va montrer à tous ces va-t-en-guerre inhumains qu'ils ne peuvent rien contre la Loi de la Nature. Et qu'après avoir beaucoup assassiné, c'est eux qui le seront par Elle, notre terre Mère...

Un Mirage 2000N s'abîme en mer au large de la Gironde

Un Mirage 2000N
crédits : DASSAULT AVIATION

Une vedette de la Gendarmerie maritime et un bateau de pêche ont récupéré, cette nuit, deux aviateurs d'un Mirage 2000N au large de la Gironde. L'avion de chasse s'est crashé en mer vers 22H40 au cours d'une mission d'entraînement, alors qu'il volait au large de l'embouchure de l'estuaire de la Gironde. "Confronté à un problème technique, l'équipage, constitué d'un pilote et d'un navigateur confirmés de l'armée de l'Air, s'est éjecté après s'être assuré d'avoir piloté l'avion jusqu'en mer hors de toute zone habitée", souligne le ministère de la Défense. Une opération de recherche et de sauvetage a été immédiatement diligentée et des moyens de la Marine nationale et de l'armée de l'Air ont été engagés. Les deux officiers ont été récupérés sains et saufs. Une enquête sera diligentée par le Bureau Enquêtes Accidents Défense - Air afin de déterminer les circonstances de cet accident.


L'appareil était stationné sur la base aérienne 116 de Luxeuil (70).

 
Appareil biplace, le Mirage 2000N a été conçu pour emporter le missile nucléaire ASMP. Il peut également mener des missions d'assaut conventionnelles avec toute une panoplie de bombes et missiles air-sol.

Sources Mer et Marine

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article