Grâce et disgrâce à la cour de Sarkozy

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Sarkozy a emmené en Inde Balkany, Devedjian et Lellouche... que des individus qui nous sortent par les yeux. Quant à Dati, il semblerait qu'il y ait de l'eau dans le gaz. S'imaginait-elle en première dame et l'arrivée de Bruni n'aurait-il pas tout fait capoter ? On se pose des questions sur la délaissée... et l'article de Bakchich dévoile des indices qui iraient dans ce sens.

Grâce et disgrâce  à la cour de Sarkozy

par Laurent Léger

Bakchich

« Bakchich », qui bénéficie de belles indiscrétions au sein de la cour de Sarko Ier, revient dans les coulisses du voyage présidentiel en Inde qui s’achève aujourd’hui. Un journaliste en grâce, l’entourage de Sarkozy en disgrâce… Les aléas du pouvoir, en somme !

En voyage en Inde, Sarkozy s’est démené comme à son habitude. La chancelière allemande Angela Merkel ne le surnomme pas « le président Duracell » pour rien. Il a pu faire parapher un accord de coopération dans le domaine du nucléaire civil avec la France, assister pendant près de deux heures, aux côtés de la présidente indienne, assis dans une tribune fleurie, au défilé de l’armée en grande tenue, suivie de chars ornés, de danseurs et de musiciens, multiplier les rencontres ministérielles et les discours, avec ses ministres en guise de décor (Morin, Borloo, Yade, Pécresse, Dati). Bollywood en direct.

Mais ce n’est pas avec Carla que Nicolas Sarkozy a effectué son voyage à Agra, où se trouve le Taj Mahal, le « temple de l’Amour » pour les Indiens, étape non inscrite dans le programme officiel distribué à la presse. A ses côtés, Valérie Pécresse, l’inévitable Patrick Balkany, et aussi Patrick Devedjian, Pierre Lellouche, Ladislas de Poniatowski, des patrons et aussi… Jean-Pierre Elkabbach. A la grande surprise des journalistes, mais pas de l’entourage du président, le patron d’Europe 1 accompagnait la délégation officielle, bien loin de la cohorte des scribouillards. Pendant le voyage, Elkabbach était dans l’avion du chef de l’Etat, pas dans celui de la presse. C’est ce qui s’appelle être en grâce…

L’entourage de Sarko Ier connaît parallèlement quelques disgrâces. Pour la première fois depuis sa prise de ofnctions, le porte-parole de l’Elysée, David Martinon, était absent d’un déplacement présidentiel à l’étranger. Des conseillers de Sarko murmurent que le président est furieux contre son porte-parole ; il lui reprocherait de mener n’importe comment la campagne de Neuilly. Les conseillers les plus venimeux parient sur le remplacement de Martinon au poste de porte-parole après les municipales.

Autre disgrâciée, Rachida Dati. A la surprise générale des témoins des multiples rendez-vous de Sarkozy et de ses ministres au cours du voyage éclair en Inde, jamais le chef de l’Etat n’a gratifié d’un regard, d’une parole, sa ministre de la Justice. L’ex-chouchoute du couple Nicolas-Cécilia, assise aux côtés de son patron lors d’un debriefing « off » de Sarkozy devant les journalistes à l’ambassade de France, semblait transparente aux yeux de son mentor. La pauvre en était à regarder l’heure, les yeux dans le vague.

Ainsi va la vie à la cour de Sarkozy.

Sources Bakchich

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article