Tabagisme, cannabis, alcool et cocaïne

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Pour dire notre avis, nous dirons que nous sommes pour la dépénalisation et la légalisation du cannabis mais anti-drogues dures. Le constat de cocaïne en hausse en France chez notre jeunesse, prouve qu'elle s'ennuit. L'alcool n'étant pas en reste. C'est une chose qui ne nous a pas échappé en observant la société. Les jeunes picolent beaucoup et ont tendance à expérimenter les drogues dures assez tôt aussi. Ceci est grave pour l'avenir.

Jeunes: tabagisme en baisse, cannabis et alcool stables,

cocaïne en hausse

La consommation de tabac recule chez les jeunes Français de 17 ans et l'alcool et le cannabis ont atteint un palier tandis que la cocaïne augmente, selon l'Enquête ESCAPAD 2005, dont L'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) publie mardi les premiers résultats.

"Une des évolutions majeures" de cette Enquête sur la Santé et les Consommations lors de l'Appel de Préparation A la Défense (ESCAPAD), concernant près de 30.000 garçons et filles en métropole âgés de 17 ans, "est la baisse du tabagisme entre 2003 et 2005", explique à l'AFP Jean-Michel Costes, directeur de l'OFDT.

Par rapport à l'année 2003, on note dans l'étude 2005, un recul de cinq points de l'expérimentation de tabac (72%) et de la proportion de fumeurs quotidiens (34% chez les garçons et 32% parmi les jeunes filles).

Par ailleurs, un tiers de ceux qui déclarent fumer quotidiennement disent avoir réduit leur consommation journalière suite aux dernières hausses du prix des cigarettes en 2003 et 2004 mais un tiers a échoué dans sa tentative d'arrêt.

Concernant l'alcool, l'usage régulier, qui reste surtout masculin, décroît par rapport à 2003 (18% des garçons au lieu de 21%; et 6% des filles au lieu de 7%).

En revanche, les ivresses régulières, qui concernent également surtout les garçons, apparaissent en hausse passant de 7 à 10%. Au cours des 30 derniers jours, presque un jeune sur deux (46%) dit avoir bu au moins cinq verres d'alcool en une seule occasion, 2,2% déclarant l'avoir fait au moins 10 fois. "Cette consommation correspond au phénomène du binge drinking (consommation excessive d'alcool) anglo-saxon", commente M. Costes, qui note que ce comportement est en augmentation mais reste en France trois à quatre fois inférieur aux taux enregistrés dans le Nord de l'Europe, particulièrement en Grande-Bretagne.

Si pour l'alcool "on reste dans des niveaux relativement bas, comparés au Nord de l'Europe", comme le souligne M. Costes, en revanche la consommation de cannabis reste élevée parmi les jeunes Français: un adolescent sur deux l'a expérimenté en 2005 selon cette étude.

Mais "ce qui est remarquable, c'est la stabilité par rapport à 2003, confirmant un palier après les hausses observées dans les années 1990", poursuit le directeur de OFDT. Les usages réguliers sont également stables par rapport à 2003, à des niveaux proches de ceux de l'alcool: 15% pour les garçons et 6% pour les filles.

"La France suit ainsi avec 10 ans d'écart la tendance observée dans les années 1990 dans des pays à haut niveau de consommation comme la Grande-Bretagne, l'Espagne ou la République tchèque", note Jean-Michel Costes.

L'enquête 2005 comprend de nouvelles questions portant notamment sur les contextes d'usages d'alcool et de cannabis. La voiture arrive parmi les lieux de consommation. Ainsi, ont conduit après avoir bu mais pas fumé, 4,3% après avoir fumé mais pas bu tandis que 5,8% disent l'avoir fait après avoir bu et fumé. Moins de 1% disent cependant avoir fait souvent l'un et l'autre.

Si le cannabis se stabilise, la consommation de cocaïne chez les jeunes progresse, de 1,6% à 2,5% entre 2003 et 2005 et de 1,8 à 2,2 pour les amphétamines. Des hausses "significatives", selon l'OFDT.

Sources : AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Stupéfiant

Commenter cet article