Qui viendra sauver le soldat Sarkozy ?

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Qui viendra le sauver ? Les Français ou les tireurs de ficelle étrangers ?

Nous vous ferons remarquer que cet article se trouve dans la catégorie "Sarkozy jugé sur ses actes." Notre grand-mère nous disait lorsque nous étions adolescente... "Si tu dois un jour prendre un époux, juge le d'abord sur ses oeuvres. Ensuite, sache bien que seuls les animaux fonctionnent avec leur queue parce qu'ils n'ont rien dans la tête. On ne leur a pas donné notre conscience. Il ne doit pas en être de même des hommes sensés." Il se trouve que notre grand-mère -dont nous sommes fière de porter l'ascendance- était une femme Eclairée qui connaissait la vie. 

La mariée était trop belle pour Sarkozy. La mariée, c'est la France. Pour qui et pour quoi l'a-t-il trahie ? Trompée ? Bafouée ?  Depuis le départ, depuis qu'il a commencé à noyer les écrans alors qu'il n'était qu'au ministère de l'Intérieur, beaucoup de choses nous ont déplu en lui. Sa façon déjà de tirer les couvertures à lui et de flinguer Jacques Chirac ou Dominique de Villepin. Sont-ce des façons de faire, franchement ? Descendre en flammes son mentor, Président de la République, qu'il l'a hissé là où il était à l'époque ? Sont-ce des façons dignes de se comporter ? Où est la reconnaissance ? Sarkozy a toujours eu l'impression que les Français étaient des boeufs.

Il a carrément squatté l'UMP ne laissant la place à personne d'autre. Tout ça, au nom de la rupture. Son grand mot. Sa grande idée qui ne veut rien dire. Le problème de Sarkozy, c'est qu'il n'est pas marié avec la France. Il est marié avec les décideurs d'autres pays. Il est en train de la trahir en quelque sorte. Mais la trahison fait partie de son apanage pour parvenir à ses fins. Après avoir trahi sa femme, Chirac, il a trahi de Gaulle, maintenant c'est au tour des Français et de notre République. Et ceci nous l'avons toujours pressenti. De par ses fréquentations d'abord, et les orientations de sa politique. Nous avons toujours su qu'il n'était pas fait pour être le Père de la Nation. Il n'en possède pas les qualités. Son manque de maturité est déjà un sérieux handicap. Son manque de maîtrise, un autre. Ensuite son atlantisme et son sionisme vont à l'encontre de la politique gaullienne. Il a le droit le plus absolu d'être tout cela, mais ce ne sont pas des qualités pour diriger la France dans le sens qui doit lui être le plus bénéfique.

A peine installé au pouvoir, il a commencé par se précipiter pour faire passer le traité Européen en force malgré le NON des Français. En se disant, de surcroît habilité par son électorat. Et les autres, ils comptent pour de la fiente ? Ensuite, son rabattage pour l'Iran fut sans doute le plus gros signe de son sionisto-atlantisme. Est-ce que l'Iran nous menace à nous personnellement et même en extrapolant, qui menace-t-il ? Qui croit vraiment la propagande mensongère des foldingues dangereux comme Barak ou Netanyahou, les teneurs de rênes sionistes qui n'en ont jamais assez de sang versé et de Bush qui est assis là où il est par d'autres malades mentaux ne rêvant que de détruire ? Avons-nous franchement besoin d'une troisième guerre mondiale ?

Or, il faut bien savoir quand même que Sarkozy ne prend pas ces décisions tout seul. Il a ses conseilleurs privés. Et qui sont-ils ? La liste sera bientôt sur la table. Parce que ceux-là ce sont des traîtres à la France ! Alors s'ils veulent s'en donner à coeur joie, qu'ils aillent donc vivre en Israël ou aux Etats-Unis ? Nous n'avons pas besoin de cette chienlit, il n'y a pas d'autres mots pour désigner ces individus qui sont sur notre sol pour nous nuire. Pour nous, ils ne sont pas français. Il n'y a qu'à voir la tournure que prennent les évènements depuis que Sarkozy ou d'autres sont dans notre gouvernement. Nous avons parlé hier de la laïcité.  La plus grande erreur de Jacques Chirac est, d'ailleurs, d'avoir confié un poste important à Sarkozy. On se renseigne avant de donner à quelqu'un le pouvoir d'initiatives pour la France. On se renseigne. Nous en voulons beaucoup à Chirac pour son manque de clairvoyance. Car si on en est là aujourd'hui, c'est sa faute. L'ex-président aurait pu méditer sur cette maxime "Dis-moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es ?" Il a belle mine Sarkozy de parler de la laïcité et des signes ostensibles. Il nous montre l'exemple. A-t-on jamais vu Chirac ou Mitterrand avec une kipa sur la tête ? Où va-t-on ? Mais c'est plus fort que lui, il ne pouvait pas cacher pour qui il bossait. Pas pour les juifs laïques ou athés et pacifistes qui se battent pour libérer la Palestine du joug sioniste, en tout cas. C'est une certitude. Nous, on n'a pas besoin de signes ostensibles sur la tête, c'est dans le coeur et l'âme que se passent les choses.

 Et que dire de ses fréquentations. Que foutait Glucksmann en Afghanistan ? Comme si Glucksmann était quelqu'un d'éclairé ? Glucksmann aime beaucoup Bush mais surtout Sharon, tout le monde le sait. Et personne n'ignore ses postures. Ni ses idées : "La rupture à droite (représentée par Sarkozy) embrasse la politique internationale non moins que l'intérieure." On a tout compris. Il paraît qu'il conseille Sarkozy en aparté. On imagine les conseils. Mais personne n'est dupe. Combien le contribuable français paie-t-il Glucksmann pour emmener Sarkozy dans son camp guerrier et nous nuire ? Voilà la bonne question. Avec Pierre Lellouche, ça fait la paire. Et il y en a d'autres. Ils sont très nombreux dans son entourage. Ils vivent en France, profitent de tous ses avantages mais leur coeur bat pour une autre Nation. Alors dans ces conditions, comment peuvent-ils être utiles à notre pays ? C'est impensable. Leurs "petites mains" viennent carrément nous attaquer sur nos blogs en nous sortant des inepties du genre "Si l'on n'est pas sioniste, on n'est pas juif !" Voir la réponse d'un de nos amis. Ca devient très grave. Donc, l'orientation de Sarkozy dans ce sens est déjà très mauvaise pour notre pays.

D'autre part, mais tout se suit car c'est une question de mentalité et l'on ne peut pas dire que les sionisants ne manquent pas de culot -la fameuse chutzpah-, son augmentation faramineuse de salaire alors que tout le monde se serre la ceinture, nous les premiers. Franchement, on le dit comme on pense, ceci nous a coupé le souffle et en même temps profondément dégouté. Sans gêne et sans honte, Môoossssieur s'octroie 206 % d'augmentation de salaire au nom de la transparence ! Et que dire de 34 000 euros de maquillage pour sa campagne ! On vous disait, il y a quelques temps que les frais de bouche de Chirac seraient de la rigolade à côté de ce que nous réserve le nouvel élu. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ne manque pas d'air, comme on dit dans le jargon. Mais ceci fait partie de la mentalité sioniste. L'argent des autres ne leur coûte pas cher. Voyez Netanyahou lorsqu'il vient chez nous ou au lorsqu'il va au Canada, c'est au Ritz-Carlton que le sieur descend avec son armada du Mossad. La moindre chambre coûte 730 euros. La moindre suite avec une chambre, pour adultes, 1500 euros. Demandez à Netanyahou de quoi il vit ? Ou Strauss-Kahn, c'est la même chose. Ils ont le chic de trouver des postes où ils en font le moins possible -quand ils en font- mais où ils sont payés des sommes faramineuses. Donc, Sarkozy n'échappe pas à la règle. Et sans vergogne, il augmente son salaire de 10 000 euros en continuant de percevoir son salaire de ministre de l'Intérieur. Pourquoi se priver quand ce sont les boeufs français qui payent ? Mais par contre, il refuse d'augmenter le Smic alors que là ce ne sont point les Français qui débourseraient mais les patrons. On voit-là son humanisme et son sens de la justice. Et après il vient nous bassiner avec le pouvoir d'achat. Le montant net du Smic étant de 1005,37 €, il faut qu'il nous explique comment on arrive à vivre décemment en payant un loyer de 800 euros, en ajoutant les factures d'eau, gaz, électricité, etc. Qu'est-ce qu'il reste pour bouffer ? Rien. Alors, oui, il y a de plus en plus de voleurs dans les magasins. Il n'a pas honte encore, de surcroît, de nous demander de travailler plus pour gagner plus ! "Ce que nous voulons, c'est qu'en travaillant davantage on puisse augmenter son pouvoir d'achat". Travaillez les boeufs pour que je gagne plus, voilà ce que nous comprenons. Pauvre de lui, il nous fait pitié tant son inintelligence et son esprit étriqué l'empêchent de voir la réalité des choses. Même en travaillant 40 heures de plus par semaine, on n'y arriverait pas. D'autant qu'il nous montre l'exemple là encore avec un mépris total ! En s'affichant comme un touriste pendant que les autres triment ! Et que penser d'ailleurs de cet affichage avec sa nouvelle conquête dont le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle ne brille pas trop par sa moralité. Nous ne la jugeons pas par rapport aux hommes qu'elle a eu mais par rapport à ce qu'elle a fait à Justine Lévy. D'ailleurs pour dire la vérité, avant qu'elle ne se colle avec Sarkozy, nous n'en avions jamais entendu parler. C'est vous dire qu'elle n'avait pas franchi la sphère de nos connaissances. Nous avons fait les recherches après. Et pour nous, Bruni n'est pas Claudia Schieffer, s'il faut donner un exemple. Elle ne possède sûrement pas sa classe. Point. D'ailleurs pour s'afficher comme elle le fait montre son peu d'intelligence. Ils vont bien ensemble. Voilà ce que nous en pensons. On leur souhaite bon courage à tous les deux ! Et il en faudra.

Là aussi, il est capable de l'épouser -si ce n'est déjà fait- juste pour l'emmener avec lui en Inde. Là, il tient tout secret pour au dernier moment sortir son joker. "Mais je peux l'emmener, nous sommes mariés." On voit le truc. Sans que les français le sachent, bien entendu. Eux, ne sont là que pour banquer. Travaillez ! Travaillez pendant que je m'envoie en l'air. Il faut, de toute façon, qu'il impose les choses aux gens. Sa pratique du fait accompli n'est plus une légende. Il fait comme les Israéliens en construisant leur mur ou leurs colonies. Il se croit tout permis. Sarkozy ne possède aucun sens des valeurs. Il n'a aucune classe et aucun style. Sa conduite en fait la risée du monde entier et sa politique met les Français en danger dans tous les pays du monde qui sont contre Bush et contre le Sionisme. On en voit déjà les résultats. Combien de Français embastillés ou assassinés depuis qu'il est au pouvoir ? Et maintenant Chertoff son grand ami sioniste qui s'occupe de la sécurité Américaine vient faire planer l'ombre de la "nébuleuse" Al  Qaïda sur l'Europe. Bien entendu. D'ici à ce qu'il y ait des attentats en France pour sauver le soldat sioniste en perdition Sarkozy, il n'y a pas loin. Toute la manipulation Al Qaïda en ce moment n'est pas un hasard. Si Sarkozy est acculé, ça fera comme avec Bush, ben Laden viendra à sa rescousse même s'il est mort depuis 2001. Ben Laden a bon dos, il ne peut plus contredire.

Nous connaissons trop les ficelles de ceux qui les tirent pour ne pas être alertés. La France n'aurait jamais dû avoir cet homme comme président. Sarkozy,  c'est la rupture avec le Gaullisme pour ruiner la France et l'inféoder à des agents étrangers. Croyez-bien que s'il respectait et aimait les Français, il agirait autrement. S'il continue sur cette voie, il ne finira pas son mandat, c'est une certitude. Libre à lui de choisir, soit il devient responsable et Français soit il sera jugé à ses oeuvres et à ses manoeuvres et l'Âme de la France reprendra le dessus. Car Marianne, voyez-vous, en a vu d'autres. Son esprit de Rébellion ne supporte pas d'autres férules que celle des Français. Le feu est en train de couver, à lui de l'alimenter intelligemment ou de produire une explosion gigantesque qui l'obliera à quitter le navire avant qu'il ne sombre. A bon entendeur !

 

  

Vie privée exposée et pouvoir d'achat font décrocher

 la popularité de Sarkozy

 

 

Le président Nicolas Sarkozy est confronté à une baisse de sa popularité, les Français lui reprochant désormais une surexposition de sa vie privée et une absence de résultats sur le front du pouvoir d'achat, qui a été le thème majeur de sa campagne présidentielle.

Les derniers sondages confirment tous un net décrochage de la popularité du chef de l'Etat, qui pour la première fois depuis son élection, en mai dernier, réuni plus d'opinions défavorables que favorables.

Le dernier en date, diffusé par le Journal du Dimanche (JDD) montre que "l'hyperprésident" Sarkozy recueille désormais moins d'opinions favorables sur son action (47%) que le Premier ministre François Fillon (50%), à l'image réservée et discrète.

Il y a deux jours, un autre sondage avait montré une chute de six points de bonnes opinions du président, qui affiche son bonheur et son idylle avec l'ex-top model italienne Carla Bruni.

Auparavant, un autre sondage avait indiqué que pour la première fois, Nicolas Sarkozy réunissait plus d'opinions défavorables (48%) que favorables (45%), avec une chute de 6 points en un mois.

Analysant ce désamour, le politologue Jean-Luc Parodi observait dans le JDD que "le recul présidentiel est général" dans toutes les couches de la population.

Les raisons en sont "l'écart entre le président people qui +expose et archi-expose sa vie privée+ et le +luxe de ses vacances+ et les Français eux-mêmes qui ne voient rien venir de ce pouvoir d'achat amélioré dont ils avaient cru comprendre qu'il était une promesse du président encore candidat", ajoute M. Parodi.

Interrogé sur le pouvoir d'achat, première préoccupation des Français, M. Sarkozy vient d'expliquer qu'il ne pouvait pas "vider des caisses déjà vides".

Mais dans le même temps, il ne fait pas mystère de son train de vie: vacances en yacht ou dans un palace de Louxor, voyages privés dans le jet d'un ami milliardaire, montres de luxe, ou bijoux de joailliers célèbres portés par son ex-épouse Cécilia, dont il a divorcé il y a trois mois, et maintenant Carla Bruni qu'il pourrait épouser prochainement.

Ce style décomplexé et ce goût du luxe revendiqués lui valent d'être qualifié de président "bling-bling" par ses détracteurs, un terme qui renvoie à l'étalage d'accessoires clinquants par les rappeurs américains.

"Il y a une sensation d'étouffement, d'indigestion de nos concitoyens par rapport au spectacle Sarkozy", estimait dans le quotidien populaire Le Parisien le psychiatre Serge Hefez.

Le malaise a gagné le parti de droite UMP de M. Sarkozy, où des députés s'inquiètent en privé des répercussions négatives sur l'opinion de l'exposition de la vie privée du chef de l'Etat.

Tout en affirmant que "le style de Sarkozy plait dans la mesure où il a choisi de ne pas se cacher", un proche du chef de l'Etat, Patrick Devedjian, secrétaire général de l'UMP, admet quand même qu'"on touche aux limites de la transparence" et que celle-ci avait des "effets pervers".

La fonction présidentielle en France "n'autorise pas une légèreté excessive, le sentiment qu'on est pas à la tache", explique à l'AFP le politologue Dominique Reynié.

"C'est le seul président qui a une chute dans les sondages sans que ce soit lié à une réforme abandonnée, ou à une réforme douloureuse aboutie", souligne-t-il.

L'opposition a quant à elle tiré à boulets rouges sur le président et espère que l'opinion le sanctionnera lors des élections locales en mars.

La rivale malheureuse de M. Sarkozy à la présidentielle, la socialiste Ségolène Royal, a accusé M. Sarkozy de se prendre pour le roi Louis XIV, entouré de sa cour, et a évoqué des "lendemains qui pleurent" pour les Français. L'opposant centriste François Bayrou a estimé qu'il manquait à la France un "président sage".

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article