« La version de l’homme seul ne tient pas »

Publié le par Adriana EVANGELIZT

Que la version de l'homme seul ne tient pas, c'est certain. Que la Société Générale veuille lui faire porter le chapeau de magouilles, cela ne tient pas la route non plus. Pourquoi aurait-il accepté ? Non, pour nous, il y a quelque chose d'extérieur à la banque. Sous couvert d'opérations fictives, il a détourné de l'argent pour quelqu'un. Que "ses amis " s'évaporent de Face Book, n'est pas normal non plus.

Fraude à la Société Générale


« La version de l’homme seul ne tient pas »


Propos recueillis par Guillaume Evin

Trois questions à Jean-François Virolle, chef-économiste chez Global Equities, au lendemain de la "fraude" à 5 milliards d'euros révélée par la Société Générale.

La Société Générale s’arc-boute sur la thèse d’une fraude commise par un homme seul. Est-ce réaliste au vu de l’ampleur du désastre ?

On est tous estomaqués ; c’est tellement énorme. On est sans doute au début d’une affaire d’Etat même si cela touche un groupe privé. A mes yeux, la version de l’homme seul ne tient pas. Car même en prenant des positions sur des marchés de gré à gré pour contourner certaines procédures de contrôle automatiques, le trader aurait dû se faire repérer. Et puis l’on nous affirme que tout a commencé il y a plusieurs mois…

La chaîne de contrôle est-elle en cause ?

La Société Générale a peut-être poussé un peu trop loin le bouchon des dérivés actions. En ce sens que ses procédures de contrôle et ses coupe-circuits n’étaient manifestement pas à la hauteur de la sophistication de ses produits. Elle qui revendiquait le statut de n°1 mondial de la spécialité.

Quel est le rôle exact de la Société Générale dans la crise des marchés boursiers ?

Certains outre-Atlantique vont jusqu’à dire que la Fed a été trompée par l’attitude de la SG. Il ne faut pas tout inverser non plus. A mon sens, le vrai électrochoc boursier a été la dégradation du rehausseur de crédits Ambac couplée à l’effet déceptif du plan de relance de George Bush. Attention cependant, la réaction boursière est épidermique. On est très loin d’en avoir vu la fin. Hier, on a eu le choc. Aujourd’hui, on est juste dans le contre-coup du choc. Ce qui expliquerait pourquoi le titre fait du yo-yo. Et puis certains spielers peuvent être tentés d’anticiper une éventuelle OPA… Mais la SocGen va trinquer, longuement.

Sources L'Expansion

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article