Jérôme Kerviel entretenait des relations étroites avec son complice

Publié le par Adriana EVANGELIZT

On peut même se demander si Kerviel et l'autre trader n'avaient pas une relation sentimentale ensemble... c'est ce qui nous est apparu au travers de leurs messages...

Nouvelobs.com publie le verbatim des échanges de messages entre les deux traders, Jérôme Kerviel et Moussa Bakir.

par Airy Routier

 

CE SONT ses relations avec un courtier de la Fimat, une filiale de la Société Générale, qui ont conduit la cour d’appel de Paris à décider l’incarcération de Jérôme Kerviel, le trader qui a fait perdre 4,9 milliards d’euros à la banque. Sur la base, croyait-on, d’un mail envoyé à JK, le 30 novembre 2007, intitulé : "Tu n’as rien fait d’illégal, au sens de la loi".

En réalité, les enquêteurs s’étonnaient du tout petit nombre de mails (une cinquantaine en tout) échangés entre Jérôme Kerviel et son courtier correspondant, du nom de Moussa Bakir, en garde à vue depuis 48 heures et dont la langue se serait déliée ce samedi matin.

Ils ont cherché les autres moyens de communication. Les factures mensuelles de téléphone de Kerviel, dépassant souvent les 100 euros, étaient une piste. Mais les enquêteurs de la brigade financière ont fini par découvrir le pot aux roses : Kerviel et son ami Bakir correspondaient par la messagerie interne de la base Reuter. Ils ont alors récupéré la totalité des messages échangés entre les deux hommes, soit 2.000 pages à raison d’une vingtaine de messages par page.

La lecture de ces liasses fait apparaitre entre les deux traders une intimité profonde ainsi qu’une évidente complicité. Elles mettent en évidence la double personnalité de Jérôme Kerviel.

En voici quelques extraits, que nous avons reproduits tels qu’ils ont été écrits :

Le 11 octobre 2007.
JK : "tu lui a pas parlé de ce kon fais dis moi"
MB : "il rentre ce soir"
JK : "t as rien dit sur nos tardes ? Sinon j te pete la tete"
MB : "walou. T un ouf" [un fou]. C enter toi et moi"

Le 28 novembre 2007 :
MB : "il faut leur demander comment ils font pour voir ça. Ou leur dire que la pose nette est fausse"
JK : "Ouais mais g pas envie kils me sortent ma pso [position] à 250000".

Le 13 décembre 2007 :
MB : "il va te falloir impérativement des vacances"
JK : "en taule"
MB : "n importe quoi. Qu est que tas fait de mal. Tu as violé personne. Tu nas rien fait d’illegal au sens de la loi"
JK : "g fait un max de tunes. C tout"
MB : jaierai bien aller en taule tous les jours qd je fai de largent legalement"
JK : "ta gueule"
MB : "salope"
JK : "ca va montrer la puissance kerviel"
MB : "ou l inconscience"
MB : "garcon simple et discret. Paie pas de mine. Qui fait un max de tune. Et pas considéré à sa juste valeur".

Le 17 janvier 2008, alors que les services de contrôle de la banque ont commencé à cerner Jérôme Kerviel :

JK : "bon chui foutu"
MB : "kommen ca"
JK : "laisse tomber"
18 janvier, le jour où tout est découvert. A partir de 9 heures 14 :
JK : "ma derniere journee ici".
MB : "arrête ! c le rebond vers 4180"
JK : "super"
JK : "chui mort. Pas dormi. Et toi t as dine avec pedro et manu hier"
MB : "ui. Dq jsui sorti du taf. Il venait sur les champ. javai besoin de faire un truc avant d’aller dormir. Tu aurai du venir au moins manger un bout"
JK : "j arrive pas a bouffer"
MB : "ca fait 3 jrs que le soir je ne mange pas. Je devais aller à milan avec tayeb et ses frere today"
JK : "franchement du devrai y aller"
MB : "pas la tete serieux mon reve tu c koi"
JK : "nop. moi je pense ke si j sots de la tour ce soir sans encombre"
MB : "le marché remonte à 4300"
JK : "j vais m barre à l exterieur de paris".
MB : "on coupe cette de pose"
JK : "tain j en reve tous les jours".
MB : "et qu apres on se casse au soleil 15 jrs. Off les portables"
A 11 h 15 :
JK : "j me fait demonter la gueule ici"
MB : "tu vas fumer une clope"
A 1h 56 :
MB : "ca va toi copain"
JK : "non. Chui vire ce soir je pense. Il y a eu reunion luc françois pym sur mon cas".
MB : "arrete de vor noir"
JK : "et la martial parle avec eric. J pense ke chui kické"
MB : "concentre toi sur le marché".
A 15 h 10 :
JK : "chui dans une grosse merde"
MB : " pkoi"
A 16 h 01 :
JK : "chui viré dans 30 minutes"
MB : "tu as meeting. Avec qui"
JK : "martial et baboulin"
MB : "tu mappelles apres".
JK : "franchement g pas envie de parler"
MB : "courage poto"
JK : "il est mort le poto
A 16 h 54 :
MB : "je tenvoie la conf" [il s’agit d’une fausse confirmation d’un ordre passé par une contrepartie]
JK : "ok"
A 18 h 56 :
MB : "tu vas faire quoi apres on dine"
JK : "non. Chui pas soirti"
MB : "ver kel h"
JK : "che pas. Jé jy vai on sappelle".

Ces éléments étaient de nature à conduire les juges Renault Van Ruymbeke et François Desset à demander l’incarcération de Moussa Bakir, au terme de sa garde à vue, samedi à 13h. Mais il a été entendu par les juges en tant que témoin assisté et a été laissé en liberté.

Ces éléments pourraient réorienter les juges, jusque là focalisés sur les fautes de contrôle commises par la banque. De leur coté, les enquêteurs cherchent à mieux cerner la nature des relations entre les deux hommes. La présence d’un Coran dans l’appartement de Jérôme Kerviel les intrigue. L’enfant de Pont l’Abbé envisageait-il une conversion ? Les deux hommes ont-ils été manipulés, et par qui ? C’est une piste, parmi d’autres, que suivent les enquêteurs.

Sources Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article